A la une / Actualité

Publié le 10/10/2017

CLINIQUE MOBILE DU DIABÈTE À GUELMA

Sur 1 850 dépistages, 205 cas sont avérés positifs

 
12% de la population algérienne touchée par le diabète. ©D. R.
 
 Celle-ci a déjà ciblé 21 wilayas depuis 2011, et son objectif est d’endiguer cette maladie silencieuse.

Les autorités locales ont présidé, samedi 7 octobre, la cérémonie de clôture des activités du village du diabète qui avait ouvert ses portes sur l’esplanade de la cité Gahdour-Tahar à Guelma le 28 septembre.
Dans son allocution, le DSP, Messaoud Bouhana, a brossé un bilan positif de ce village du diabète où le personnel relevant du ministère de la Santé, en l’occurrence une dizaine de médecins généralistes, une douzaine de médecins spécialistes, une trentaine de paramédicaux, deux psychologues, 5 laborantins et 6 éducateurs, s’est attelé, pendant dix jours, à dispenser des dépistages précoces du diabète, des bilans complets gratuits, des séances d’éducation sanitaire, d’hygiène alimentaire et de formation. Cette imposante infrastructure composée de 12 chapiteaux, de cabines mobiles a drainé un nombreux public qui a saisi cette opportunité offerte par le ministère de la Santé, en collaboration avec la DSP de Guelma et des partenaires nationaux, de bénéficier des avantages offerts à titre gratuit dans le cadre de la lutte contre cette maladie silencieuse qui affecte 12% de la population algérienne.
Le premier responsable de la DSP a souligné que “1525 diabétiques ont bénéficié d’un bilan complet (ophtalmologique, cardiaque, rénal et biologique) opéré par un personnel médical spécialisé, 1850 personnes ont subi un dépistage précoce qui a décelé 205 cas positifs”.
Notre interlocuteur poursuit : “1213 personnes ont pris part à des séances d’éducation sanitaire et alimentaire, une cinquantaine de poches de sang ont été collectées auprès des donateurs, et ce sont 6724 visiteurs qui ont été accueillis par cette clinique mobile. 55 médecins généralistes des établissements de soins de proximité dans la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles (diabète et ses complications) ont assisté les 2 et 3 octobre à une formation spécifique dispensée par des professeurs de haut rang”. La représentante du ministère de la Santé, Dr Nadir, a estimé que cette clinique mobile a déjà ciblé 21 wilayas depuis 2011, et son objectif est d’endiguer cette maladie silencieuse qui grève le budget alloué à son secteur par les pouvoirs publics. Elle recommande une hygiène alimentaire appropriée : “Évitez les produits sucrés, pratiquez des séances d’éducation physique, effectuez des séances périodiques de dépistage ! J’invite la famille enseignante à s’impliquer dans cette bataille en consacrant des cours de prévention et de vulgarisation à ses élèves. D’autre part, l’allaitement maternel (pratiqué par 14% des mamans) gagnerait à être généralisé pour protéger les bébés, car le diabète n’épargne aucune tranche d’âge de la population.” Dans ce contexte, il a été procédé à l’inauguration d’un centre de baromètre de dépistage du diabète implanté au sein de la polyclinique Tounès-Oumeddour au Pos Sud du chef-lieu de wilaya. Cette infrastructure sanitaire a bénéficié d’équipements médicaux de dernière génération offerts à titre gracieux par le ministère de la Santé afin de permettre à une équipe médicale spécialisée et à des paramédicaux d’exercer et participer efficacement à la régression de cette maladie silencieuse.

Nombre de clicks: 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *