A la une / Actualité

Publié le 14/06/2018

Médicaments: un mécanisme pour signaler tout problème d’approvisionnement dès septembre

Médicaments: un mécanisme pour signaler tout problème d'approvisionnement dès septembre

Un mécanisme destiné aux pharmacies pour signaler toute rupture ou insuffisance dans l’approvisionnement en médicaments sera opérationnel dès le mois de septembre prochain, a annoncé jeudi le président du Conseil national de l’ordre des pharmaciens, Lotfi Benbahmed. 

« Nous allons mettre en place un site internet avec un logiciel spécialisé qui sera opérationnel au début de mois de septembre où les pharmaciens devront signaler les ruptures de médicaments et les insuffisances d’approvisionnement », a déclaré le responsable sur les ondes de la Radio algérienne, ajoutant qu’il sera demandé aussi aux pharmaciens de « signaler systématiquement toutes les dérives pouvant exister dans le circuit du médicament ». 

S’agissant de l’indisponibilité de certains médicaments, M. Benbahmed a reconnu l’existence de « ruptures récurrentes » de certains produits, en raison des insuffisances d’approvisionnement ou bien du fait de la non-délivrance de programmes pour les importer. 

Regrettant le fait que les laboratoires « ne disposent pas de 90 jours de stocks » considéré comme stratégique pour répondre à la demande, M. Benbahmed a plaidé, à ce propos, pour une application de la loi existante, en assurant les trois mois du stock dans la mesure où on « n’est pas à l’abri d’évènements internationaux ou bien de conflits sociaux au niveau des ports à l’étranger susceptibles de provoquer des retards de livraison de médicaments qui ne sont pas produits localement ». 

Pour ce qui est de l’Agence nationale du médicament, créée en 2008 et confortée par la loi sanitaire adoptée récemment par les deux chambres du Parlement, M. Benbahmed a souligné la nécessité de la « doter de moyens dont elle ne dispose pas actuellement ». 

Sur l’apport de cette agence, il a indiqué qu’il « faut arriver à un niveau de gestion plus élaboré avec plus de moyens, des commissions de travail, une stabilité du personnel… ».

Interrogé sur la relation devant lier la direction de la pharmacie au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière à cette Agence, M. Benbahmed a estimé qu’une partie des prérogatives de cette direction seront exercées par l’Agence, en application de la loi, plaidant, à cet effet, pour « une agence du médicament plus forte et une direction de la pharmacie mieux dotée ».

Nombre de clicks: 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *