A la une / Actualité

09/10/2018

ILS DEMANDENT UNE SESSION EXCEPTIONNELLE DE L’EXAMEN DU DEMS

Les résidents recalés interpellent encore Tahar Hadjar

Résultat de recherche d'images pour "Les résidents recalés"

Les médecins résidents recalés à l’examen du DEMS ne lâchent pas prise. Ils ont déposé, hier matin, une nouvelle demande d’audience au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique dans l’espoir de bénéficier d’une session exceptionnelle de rattrapage des épreuves de fin de formation de spécialité.  En effet, une délégation composée de deux résidents a été reçue par le représentant du ministre, Tahar Hadjar, qui est en déplacement à l’étranger. “La directrice de la post-graduation nous a reçus dans son bureau et nous a accusé réception de la demande d’audience. Elle s’est montrée, en fait, compréhensive et très sensible à notre cause, d’autant que cette cause concerne pas moins de
876 médecins spécialistes ajournés à l’examen du DEMS, session de juillet 2018”, nous a confié un représentant des demsistes recalés, sous l’œil vigilant des policiers qui étaient, hier, moins nombreux par rapport à l’impressionnant dispositif mis en place la semaine passée pour empêcher le rassemblement des résidents. Hier par contre, quelques patrouilles des brigades antiémeutes étaient là pour quadriller le département ministériel de Tahar Hadjar. Environ huit véhicules de police sont stationnés tout au long de la clôture du ministère. Les éléments de la Sûreté nationale n’ont pas recouru, hier, au contrôle systématique de l’identité des passants. La circulation “des piétons” était libre. Une instruction semble être donnée aux policiers pour ne pas bloquer l’accès à la trentaine de médecins résidents présents. Dans leur lettre adressée au ministre de l’Enseignement supérieur, les recalés insistent sur leur droit de bénéficier d’une session de rattrapage de l’examen du DEMS au même titre que les résidents des autres paliers (de la 1re année jusqu’à la 5e année) qui viennent d’être destinataires du programme des épreuves, après que la tutelle a décidé de prolonger l’année universitaire 2017-2018. En effet, le ministère a rendu public le nouveau planning des examens, en fixant les dates de la session normale et de la session de rattrapage. “Nous n’avons rien compris, la tutelle a accepté d’organiser des sessions de rattrapage à tous les paliers de résidanat, sauf aux candidats recalés au DEMS. Nous sommes venus aujourd’hui réitérer notre demande au ministre pour donner une chance aux futurs spécialistes pris en otage jusqu’à l’année prochaine, pour pouvoir participer à l’examen du DEMS en candidats libres. J’espère que cette fois-ci, Tahar Hadjar l’universitaire accédera à notre doléance légitime”, conclura un résident recalé à l’examen du DEMS et exclu de l’hôpital.

Nombre de clicks: 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *