A la une / Actualité

Publié le 04/11/2018

SIDI BEL-ABBÈS

Extension de la maternité et ouverture de servics d’hémodialyse

 
Ahmed Abdelhafid Sassi (à droite), wali de Sidi Bel-Abbès, en visite d’inspection à la maternité de Sidi Bel-Abbès. ©D. R.
 

Au niveau de l’EPH, service de gynécologie-obstétrique, le programme opératoire est devenu trop lourd, à tel point qu’il a atteint 100% d’occupation de lits, soit 70 accouchements en 24 heures.

La pression, l’exploitation très forte qui persiste sur la maternité de Sidi Bel-Abbès, les mécanismes à mettre en place pour pouvoir alléger cette charge qui tourne autour de 98% et l’ouverture du service de l’hémodialyse de l’EPH de Ras El-Ma, ont été, jeudi dernier, au centre d’une visite d’inspection inopinée effectuée par le wali, Ahmed Abdelhafid Saci à trois importantes structures du dispositif du secteur de la santé de la wilaya et particulièrement pour la ville de Sidi Bel-Abbès. Au service gynécologie-obstétrique de Sidi Bel-Abbès, d’une capacité de 120 lits, qui enregistre quotidiennement une importante affluence de parturientes et où selon les explications fournies par les responsables, le programme opératoire est devenu trop lourd, à tel point qu’il a atteint 100% d’occupation de lits, soit 70 accouchements en 24 heures pendant l’été, en raison du manque de médecins en gynécologie-obstétrique, le wali a souligné le besoin pressant de toute la population de la wilaya pour l’extension de cet établissement face à ce problème de gynécologie qui est très fréquemment soulevé : “Nous œuvrons pour pouvoir convaincre les autorités centrales pour la levée du gel sur l’extension et la réhabilitation de la maternité de Sidi Bel-Abbès. Dans l’intervalle, il s’agit d’élargir le champ de compétence de l’EPH de Sidi-Djilali pour procéder à la mise en place d’un service de gynécologie et diviser la tâche qui incombe actuellement uniquement à la maternité”. En inspectant l’EPH de Sidi-Djilali, le chef de l’exécutif a longuement insisté pour une meilleure prise en charge du patient tout en exploitant à bon escient les moyens médicaux existants et a annoncé l’ouverture d’un service de l’hémodialyse au sein de cet établissement pour alléger la pression sur le CHU, qui selon lui connaît actuellement un certain encombrement et deux autres aux EPH de Tabia et de Ras El-Ma, et qui seront successivement fonctionnels au courant de cette semaine et la fin de l’année en cours. En outre, la visite du centre anti-cancer a permis au wali de constater la bonne organisation des services de cet établissement et la forte implication du staff médico-administratif en matière de prise en charge des patients. Il a également annoncé que “cet établissement sera renforcé au plus tard, à la fin du mois de février 2019 par la finalisation de l’installation des nouveaux équipements qui vont apporter les moyens nécessaires pour l’élargissement du champ d’activités du CAC”. Par ailleurs, Ahmed Abdelhafid Saci qui a évoqué la prise en considération des réseaux informatiques et de la fibre optique au sein des différentes structures sanitaires et au CHU, a insisté sur l’importance de cette technologie en relevant qu’à l’heure actuelle, le CHU fonctionne avec un niveau de prestation assez fort et qui ne lui permet pas de donner le meilleur et d’améliore sa qualité au niveau maximum.
“Donc, il est nécessaire maintenant de parler de réseau, car le CHU ne peut pas fonctionner en vase clos en demeurant déconnecté de toutes les autres structures. La fibre optique a touché pratiquement toutes les communes, et je considère que la mise en place de ce réseau est tout à fait facile pour peu qu’on y mette les équipements complémentaires et les logiciels qu’il faut”, a-t-il soutenu.

Nombre de clicks: 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *