A la une / Actualité

Publié le 16/06/2017

La contractualisation, solution idoine pour améliorer la qualité des services

La contractualisation, solution idoine pour améliorer la qualité des services

ALGER- Le président du Conseil national de l’Ordre des  médecins, Dr Mohamed Bekkat Berkani a indiqué jeudi que l’application du  système de contractualisation entre les Caisses nationales des Assurances Sociales et les établissements hospitaliers était la « solution idoine » pour améliorer la qualité des services et rationaliser les dépenses en matière de soins.

Lors d’une conférence organisée par le Front El Moustakbel sous le thème  « financement du secteur sanitaire », le Dr Bekkat Berkani a affirmé que le  système de financement actuel des établissements hospitaliers était  « dépassé », relevant l’impératif d’appliquer le système de  contractualisation qui contribue à améliorer la qualité des services et  rationaliser les dépenses en matière de soins.

Après avoir salué le travail accompli par les caisses d’assurance sociale  et le bilan positif réalisé cette année, le même responsable a appelé à tirer profit de ce bilan pour appliquer le système de contractualisation  entre ces caisses et les établissements hospitaliers d’une part, et entre  les caisses et les cliniques privées d’autre part.

Pour ce qui est de la contractualisation avec le secteur privé, le Dr  Bekkat Berkani a relevé l’impératif de financer uniquement les services qui  ne sont pas fournis par le secteur public en vue d’asseoir une complémentarité entre les deux secteurs.

Concernant les compétences nationales de la diaspora, le président du  Conseil national de l’Ordre des médecins a appelé à rechercher les moyens  pour profiter des connaissances de ces compétences au service du pays, dans  la mesure où plusieurs d’entre elles sont « prêtes à accomplir cette  mission ».

Il a ajouté que l’on ne peut prétendre à l’amélioration du secteur  sanitaire et à la rationalisation des dépenses en matière de soins sans  « s’interesser aux ressources humaines » et ouvrir le dialogue avec les  différents corps en dehors des activités syndicales, et ce à travers  l’organisation de rencontres régionales qui permettent aux différents corps  d’exprimer leurs préoccupations professionnelles et de désigner des  représentants pour les exposer au ministère.

« L’on ne peut assurer un traitement de qualité sans prendre en charge ces  préoccupations », a-t-il souligné rappelant à ce propos les ruptures de  stock de certains médicaments.

Après avoir mis en avant la nécessité d’encourager les investisseurs dans  ce secteur, le même responsable à appelé à revoir le système du service  civil actuel qui s’est révélé « un échec ».

Abordant la question de surcharge à laquelle font face les grands  établissements hospitaliers du nord et la problématique de déplacement des  citoyens en quête de qualité de services, le président du Conseil national  de l’Ordre des médecins a préconisé d’encourager les médecins à « se fixer au lieu de leur affectation » en mettant en place des mesures incitatives,  notamment des salaires attractifs et des logements.

Le Dr Bekkat Berkani a déploré, par ailleurs, la « saignée » qu’a subie le  secteur de la Santé à travers la fuite des compétences algériennes,  soulignant que « l’Algérie forme pour les pays occidentaux ». Il a appelé à  mettre fin à ce problème et à trouver des « solutions urgentes face à ce  problème ».

Il a également abordé la question de la maintenance des équipements  médicaux et la prise en charge de la santé de proximité qu’il estime être  la « solution idoine » pour garantir l’équité des soins entre les différentes  régions du pays, appelant par la même occasion à la tenue d’un conseil des ministres pour rechercher des solutions aux problèmes du secteur.

Nombre de clicks: 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *