A la une / Actualité

Publié le 14/06/2017

Clinique Chaulet: plus de 180 cas de brûlures dont plus de 80% impliquant des enfants depuis le début du Ramadhan

Clinique Chaulet: plus de 180 cas de brûlures dont plus de 80% impliquant des enfants depuis le début du Ramadhan

ALGER – La Clinique des grands brûlés « Pierre-et-Claudine-Chaulet » sise à l’Avenue Pasteur à Alger, a reçu plus de 180 cas de brûlures dont 84% impliquant des enfants depuis le début du mois de Ramadhan.

L’établissement hospitalier a reçu, depuis le début du mois de Ramadhan, 181 cas de brûlures dont 151 impliquant des enfants âgés entre deux (2) mois et 15 ans issus des différentes wilayas du pays et parmi lesquels 10 sont dans un état grave, a précisé à l’APS le Dr. Wafek Rachid, médecin spécialiste à la Clinique, .

Si le nombre de cas de brûlures a reculé par rapport au Ramadhan de l’année dernière, où 225 cas avaient été enregistrés- ce qui prouve, selon le spécialiste, que les campagnes de sensibilisation aux danger des accidents domestiques ont été efficaces- il n’en demeure pas moins que le taux de brûlures d’enfants, y compris des nourrissons, reste préoccupant.

La Clinique « Pierre-et-Claudine-Chaulet » est le seul établissement spécialisé dans les brûlures d’enfants et accueille annuellement plus de 6000 cas de différentes régions du pays, dont des cas très graves nécessitant des amputations, a-t-il précisé, faisant état d’une longue liste d’attente jusqu’en 2020 pour les brûlés nécessitant une chirurgie réparatrice.

Les cas de brûlures, notamment d’enfants, augmentent durant le mois de Ramadhan, surtout avant la rupture du jeûne où la plupart des accidents domestiques surviennent par manque de vigilance.

En attendant la prise en charge par les services des urgences, le spécialiste recommande de passer la brûlure sous l’eau du robinet pendant une quinzaine de minutes afin d’atténuer la douleur et de surtout éviter d’appliquer du dentifrice sur la plaie car cela, a-t-il prévenu, ne fera que l’aggraver.

 

=Des campagnes de sensibilisation au niveau des écoles et  prise en charge psychologique des brûlés=

 

Le président de l`association de prévention des brûlures d`Alger, Dr Omar Bounif a appelé à l’intensification des campagnes de sensibilisation au niveau des écoles pour prévenir les accidents domestiques et limiter les cas de brûlures, exhortant les parents à faire preuve de vigilance durant le mois de ramadhan, notamment aux dernières minutes précédant l’iftar.

Les brûlures posent un véritable problème de santé publique en raison notamment du manque d`établissements de prise en charge, a indiqué M. Bounif.

La clinique Pasteur est la seule structure au niveau national, à prendre en charge les brûlures d`enfants, a-t-il dit précisant qu’une brûlure simple nécessitait un séjour de 15 jours à l`hôpital alors que le traitement des brûlures sévères exige un séjour de plus d’une année.

Après avoir souligné l’importance des vêtements compressifs pour brûlés, le même responsable a indiqué que ces derniers restaient hors de portée pour les malades étant à des prix exorbitants allant de 30.000 à 100.000 Da, outre le fait qu’ils sont non remboursables.

Il a ajouté que la non utilisation de ces vêtement entraine des complications, ce qui explique l’augmentation des interventions de chirurgie réparatrice, appelant par la même occasion à les intégrer parmi la liste des équipements remboursés par la sécurité sociale.

Au chevet d’un enfant de 4 ans brûlé à l’eau chaude alors qu’il prenait son bain, Mme Hamida Belmadi ,cadre paramédical a indiqué que la négligence des parents est à l’origine de ces cas de brûlures qui causent de graves infirmités et laissent des cicatrices indélébiles.

Elle a appelé à mettre en place des structures pour prendre en charge les brûlés au niveau des wilayas avant leur évacuation vers la clinique Pasteur, et ce en vue d’éviter les complications pouvant entrainer parfois la mort.

Pour sa part, Mme. S.M, psychologue a relevé que les enfants brûlés sont traumatisés et souffrent d’une grande anxiété.

 

La psychothérapie propose des séances avec le patient en vue d’asseoir un climat de confiance et l’amener, avec le concours de la famille, à accepter sa blessure et à vivre avec, a-t-elle ajouté, rappelant qu’un suivi psychologique est assuré après la sortie du patient de l’hôpital.

Nombre de clicks: 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *