A la une / Actualité

Publié le 14/06/2017

Visite inopinée du ministre de la Santé au service d’oncologie de  Beaufraisier (Alger) 

Visite inopinée du ministre de la Santé au service d'oncologie de  Beaufraisier (Alger) 

ALGER- Le ministre de la Santé, de la Population et de  la Réforme hospitalière, le Pr Mokhtar Hasbellaoui, a effectué mercredi  matin une inspection inopinée au service d’oncologie médicale situé au  quartier Beaufraisier (Alger) et relevant du CHU de Béni Messous, dans le cadre du suivi et de l’évaluation des conditions de prise en charge des patients atteints de cancer, indique un communiqué de son département ministériel. 

Recevant des patients provenant de nombreuses wilayas et totalisant depuis janvier 2017  plus de 1.300 nouveaux patients atteints de cancer, cette structure assure une prise en charge qui va au-delà des objectifs assignés (hôpital de jour) et des moyens mis à sa disposition, relève-t-on de même  source.

Tout en remerciant le personnel pour son dévouement, le ministre de la Santé l’a interpellé sur « la nécessité de se conformer strictement aux  objectifs initialement fixés à l’hôpital de jour pour ne pas pervertir son fonctionnement, et ce, d’autant que toutes les wilayas du pays disposent chacune aujourd’hui de plusieurs services et/ou d’unités d’oncologie médicale qui offrent une prise en charge de proximité et disposent d’une allocation budgétaire spécifique et suffisante ».

Dans ce cadre, le Pr Hasbellaoui a invité les responsables médicaux  concernés à « repenser le fonctionnement de ce service extra hospitalier pour assurer aux patients une plus grande sécurité et une meilleure prise en charge ». 

A cet effet, le ministre de la Santé a donné instruction de « maîtriser les flux de patients et mettre fin aux conditions actuelles de consultations groupées qui ne préservent pas la dignité des patients en les remplaçant par des consultations individuelles qui respectent l’intimité ». 

 

Enfin, et dans la mesure où ce service ne dispose que d’une seule psychologue clinicienne, il a été décidé de le renforcer en y affectant des psychologues ayant suivi une formation en onco-psychologie, indique-t-on encore de même source. 

Nombre de clicks: 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *