A la une / Actualité

Publié le 09/01/2018

Hospitalisation à domicile à Blida : prise en charge de près de 600 cas en 2017

Résultat de recherche d'images pour "Hospitalisation à domicile"

Près de 600 malades de la wilaya de Blida, dont l’état de santé ne permet pas le transport vers des établissements hospitaliers afin de bénéficier de soins, ont été pris en charge au titre de la prestation de l’Hospitalisation à domicile (HAD), a-t-on appris mardi du directeur de la santé de la wilaya.

Selon Mohamed Djemai, cette prestation, visant l’atténuation des difficultés des malades incapables de se déplacer vers les hôpitaux pour bénéficier d’un suivi de leur état de santé, est assurée par quatre (4) établissements de santé publique de la wilaya de Blida, à savoir l’établissement hospitalier public de Blida et les hôpitaux de Meftah, Boufarik et El Affroune.

« Cette prestation est destinée aux personnes âgées malades et aux malades chroniques dont l’état nécessite un suivi régulier, lequel est assuré par une équipe médicale qui se déplace périodiquement à leurs domiciles », a expliqué le responsable.

Aussi, a-t-il fait cas de quelque 749 malades, ayant bénéficié en 2017 de soins à domicile, représentés notamment par des injections, des changements de pansement et des prises de tension. Sachant que quatre (4) polycliniques des daïras de Mouzaia, Larbâa, Bouinane et Ouled Aich assurent ces prestations.

Par ailleurs, M. Djemai a dénombré près de 700 malades insuffisants rénaux ayant bénéficié, à la même période, de séances d’hémodialyse, soit une moyenne de 14.315 séances, a-t-il ajouté, prévoyant, en outre, une contribution sensible de l’établissement hospitalier spécialisé en greffes de reins et d’organes, opérationnel depuis fin 2017 à Blida, « dans la réduction du nombre de malades bénéficiant de ces séances éprouvantes ».

A noter que le wali de Blida Mustapha Layadhi avait instruit de la nécessité de créer des centres d’hémodialyse, au niveau des grandes daïras de Blida, afin de limiter les déplacements des malades insuffisants rénaux, eu égard au fait qu’une grande partie de ce type de structures se trouve au chef lieu de wilaya, a-t-il signalé.

Nombre de clicks: 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *