A la une / Actualité

Publié le 17/04/2018

RÉUNION HIER ENTRE LE CAMRA ET LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ

Les résidents sont ressortis déçus

Résultat de recherche d'images pour "Les négociations reprennent aujourd’hui"

Encore une fois, les médecins résidents, qui sont en grève ouverte depuis plusieurs mois,  sont ressortis insatisfaits de la réunion de travail tenue hier avec les cadres du ministère de la Santé. Ils se disent déçus des “propositions  connues et refaites”, hier, par le ministre de la Santé, le Pr Mokhtar Hasbellaoui. “Ce qu’on doit retenir de la séance d’hier, c’est que le ministère veut nous imposer sa conception quant à la prise en charge des problèmes signalés dans la plateforme de revendications. Un niet a été opposé à toutes les questions que nous avons soulevées. Pis encore, le ministre a même reculé par rapport à ce qu’ils nous a promis lors des précédents rounds de négociations concernant le dossier du service civil”, nous précisera un délégué du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra).
Les résidents en sciences médicales ne sont pas satisfaits, notamment par rapport à la prise en charge de la doléance liée à l’abrogation du caractère obligatoire du service civil et l’introduction des mesures financières incitatives dans la disposition traitant ce dossier dans la loi 84/10. “Lors des rencontres précédentes, le ministre a laissé entendre qu’il serait possible d’arrêter un échéancier quant à la révision des dispositions traitant   du service civil. Hier, le ministre a fait l’impasse sur cette possibilité”, ajoutera notre interlocuteur. Les représentants du ministre ont remis sur le tapis la prime liée au service civil dont le montant oscille entre 20 000 et 60 000 DA, selon les zones d’affectation. Dans le même registre, le ministère a opposé un autre niet quant à la révision de la durée du service civil de 1 à 2 années, en attendant sa suppression. Les représentants de Mokhtar Hasbellaoui du ministère de la Santé ont justifié, dit-on, leur rejet de la doléance du Camra par le fait qu’à présent, 80% des établissements hospitaliers sont situés dans les zones géographiques et 1 et 2, dans les wilayas du nord du pays.
Par opposition à la proposition du ministère, les délégués du Camra battent en brèche l’argument du ministère, en suggérant que le service civil soit appliqué uniquement dans les zones du Sud et des Hauts-Plateaux. “Nous avons proposé alors que le service civil soit carrément supprimé des wilayas du nord du pays abritant les CHU et les facultés de médecine, et de le maintenir uniquement dans les zones enclavées du Sud et des Hauts-Plateaux, si l’on veut vraiment garantir l’accès aux soins à la population sur tout le territoire national, comme il est clairement stipulé dans la loi 84/10”, conclura le délégué du Camra.

Nombre de clicks: 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *