DECOUVERTE. L’interstitium, le potentiel 80e organe du corps humain… Et le plus grand

    Organes du corps humain

    Appelé interstitium, le plus grand de nos organes serait une couche de tissu remplie de fluide circulant dans l’ensemble du corps, restée invisible jusqu’à aujourd’hui en raison des techniques de microscopie utilisée. Une découverte qui pourrait expliquer la propagation de certains cancers.

    Imaginez une couche de tissus aux interstices remplis de fluide et qui courrait dans l’ensemble de notre corps : c’est ce que des chercheurs ont réellement observé, considérant qu’elle pourrait bien constituer le 80e organe connu du corps humain, d’après des travaux publiés le 27 mars 2018 dans la revue Scientific Reports. Ce nouvel organe, qui devra d’abord être validé comme tel par la communauté scientifique, pourrait apporter un éclairage nouveau sur « la fonction de tous les organes, de la plupart des tissus et des mécanismes de la plupart des maladies majeures« , d’après un communiqué de la NYU School of Medicine, une des universités ayant co-dirigé les travaux.

    L’INTERSTITIUM. Cette nouvelle étude révèle que la couche de tissus que l’on croyait compacte – et qui sont retrouvés sous la surface de la peau et le long du système digestif, des poumons et des voies urinaires, autour des artères et des veines, et entre les muscles – sont en réalité des compartiments interconnectés, remplis de fluide, soutenus par un réseau de protéines fortes (collagène) et flexibles (élastine). Un organe appelé « interstitium » par les scientifiques.

    L’interstitium est réseau à l’échelle du corps de compartiments interconnectés, remplis de liquide, soutenus par un réseau de protéines fortes et flexibles. Mucosa = muqueuse, collagen bundles = faisceaux de collagène, CD34 positive lining cells : cellules de type CD34, fluid filled space = espace rempli de fluide. Crédits : Jill Gregory / Scientific Reports

    Un organe qui demeurait invisible avec les techniques de microscopie classiques

    Comme souvent, la découverte a été faite par hasard : à l’automne 2015 au Mount Sinai Beth Israel, David Carr-Locke et Petros Benias, co-auteurs de l’article, sondaient la voie biliaire d’un patient pour évaluer la propagation d’un cancer avec une technique récente, nommée endomicroscopie confocale, qui permet d’observer les tissus vivants grâce à une sonde laser. Ils ont alors observé une série de cavités interconnectées qui ne correspondaient à aucune anatomie connue. Devant ce mystère, les endoscopistes ont envoyé les images à un pathologiste partenaire, le Dr Neil D. Theise, professeur au Département de pathologie à NYU Langone Health. Lorsque ce dernier tente de fixer les mêmes tissus sur des lames pour les observer au microscope, l’étrange structure disparait.

    Cette première difficulté rencontrée explique la raison pour laquelle l’interstitium, potentiellement le plus gros organe du corps humain, n’avait jamais été vu auparavant : tout simplement à cause des techniques de microscopie utilisées par les chercheurs, qui supposent de « fixer » les tissus à examiner sur des lames de microscope. Pour cela, il faut traiter l’échantillon coupé en tranches minces avec des produits chimiques et des colorants. Malheureusement, si le processus de fixation met en avant les détails des cellules et des structures solides, elle évacue tout le fluide présent. Les chercheurs à l’origine de ces nouveaux travaux ont ainsi constaté que cette méthode entrainait l’effondrement réseau de protéines maintenant l’espace ouvert pour la circulation du fluide, « comme les sols d’un bâtiment effondré« , est-il illustré dans le communiqué. « Cet artefact de fixation de l’effondrement a fait paraitre solide un tissu rempli de liquide sur les lames de biopsie pendant des décennies« , explique Neil D. Theise. L’usage de l’endomicroscopie confocale a permis de résoudre ce problème.

    Un  » amortisseur » pour les organes en mouvement, et la source de la lymphe

    Pour réaliser étude, l’équipe a recueilli des échantillons de tissus des voies biliaires au cours de 12 chirurgies du cancer qui visaient à ôter le pancréas et le cholédoque, qui relie la vésicule biliaire à l’intestin. L’endomicroscopie confocale a été utilisée tant que le tissu était toujours irrigué, quelques minutes avant de bloquer le flux sanguin, afin de les observer vivants. « Une fois que l’équipe a reconnu ce nouvel espace dans les images des voies biliaires, elle les a rapidement repérées dans tout le corps« , d’après le communiqué, et en particulier « partout où les tissus se déplaçaient ou étaient comprimés de force« . Les cellules tapissant l’interstitium ont été jugées « inhabituelles » par les chercheurs, qui supposent qu’elles sont responsables « de la création et du maintien des faisceaux de collagène de soutien » de l’espace où circule le fluide.

    Dans la mesure où l’interstitium entoure des organes qui pressent, pompent et pulsent quotidiennement, ce nouvel organe potentiel pourrait « agir comme des amortisseurs qui empêchent les tissus de se déchirer« , selon le communiqué de la NYU School of Medicine. Mais l’interstitium n’aurait pas qu’un rôle purement mécanique. « L’espace interstitiel est la principale source de lymphe » du corps, expliquent les chercheurs dans la publication, c’est-à-dire le fluide vital au fonctionnement des cellules immunitaires qui génèrent l’inflammation, et dont la circulation est parallèle au système sanguin.

    Un rôle potentiel dans la propagation du cancer

    « Cette couche est une autoroute de fluide en mouvement« , explique le communiqué, ce qui pourrait aider le cancer qui l’envahit à se propager dans tout le corps. L’interstitium étant un espace ouvert, rempli de liquide, et non une paroi de tissu conjonctif dense, il peut « être facilement parcouru par des cellules tumorales invasives« , ce qui pourrait expliquer « la forte augmentation de la probabilité de métastases » par les tumeurs invasives « une fois qu’elles atteignent la sous-muqueuse« , écrivent les auteurs. De plus, la pression mécanique exercée sur l’interstitium au fil des contractions et mouvements des organes qu’il entoure pourrait également favoriser la propagation. « Cette découverte a le potentiel de conduire des progrès spectaculaires en médecine, y compris la possibilité que l’échantillonnage direct du liquide interstitiel peut devenir un outil de diagnostic puissant » explique Neil D. Theise.

    MALADIES ET ACUPUNCTURE. Les cellules résidant dans l’interstitium et les faisceaux de collagène qui le tapissent « changent avec l’âge« , ce qui pourrait contribuer « au froissement de la peau, au raidissement des membres et à la progression des maladies fibrotiques, sclérotiques et inflammatoires« , d’après le communiqué. Les chercheurs voient également dans ce nouvel organe un potentiel rapport avec l’acupuncture, grâce à des « courants électriques » potentiellement générés par les faisceaux de protéines de l’interstitium lorsqu’elles se courbent dans l’espace sous la pression des organes en mouvement.

Nombre de clicks: 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *