Le sirop contre la toux serait efficace contre l’AVC

    Le sirop contre la toux serait efficace contre l'AVC

    Une équipe française démontre qu’un acide aminé présent dans des sirops contre la toux est capable de déboucher les artères obstruées par un caillot sanguin. Une découverte surprenante qui pourrait ouvrir la voie à un traitement contre l’AVC.

    Le sirop contre la toux pourrait-il servir à autre chose qu’à apaiser la gorge ? Malheureusement détourné par des adolescents pour créer un cocktail de « défonce » (baptisé"purple drank"), ce médicament aurait une vertu inattendue : il débouche les artères obstruées par un caillot sanguin (thromboses) ! C’est ce qu’ont mis en évidence Maxime Gauberti et Sara Martinez de Lizarrondo, neurobiologistes de l’Inserm, dans une étude publiée par la revue Circulation. Une découverte qui ouvre la voie à une stratégie inattendue de traitement contre les thromboses, à l’origine d'accidents vasculaires cérébraux ischémiques (manque d’apport en oxygène et en nutriments) et d'infarctus du myocarde.

    Un acide aminé plus efficace que les traitements actuels

    Certains sirops contre la toux vendus sur le marché (Mucomyst, Exomuc, Fluimucil…) contiennent de la N-acétylcystéine, un acide aminé fluidifiant les sécrétions bronchiques et favorisant l’expulsion du mucus par les voies aériennes. « Son mécanisme d’action est très simple : il casse les liaisons moléculaires entre les protéines de mucine, le principal constituant du mucus, expliquent les chercheurs. Ce faisant, les protéines sont découpées en fragments plus petits, rendant le mucus plus fluide et plus facile à expectorer. » Or les liaisons moléculaires entre les protéines de mucine dans les poumons ressemblent à celles formant des caillots dans les vaisseaux sanguins. Sauf que la mucine est remplacée par une autre protéine nommée « facteur de von Willebrand ».

    En réalisant des tests in vitro et chez la souris, les chercheurs ont démontré que l’injection intraveineuse de N-acétylcystéine permet de fragmenter les caillots sanguins et ainsi de déboucher les artères. Dans plusieurs modèles d’AVC ischémiques, la N-acétylcystéine est même plus efficace que les traitements actuellement disponibles, affirment les chercheurs. « La N-acétylcystéine est un médicament à bas coût déjà utilisé dans le monde entier contre la toux, la démonstration de ses effets thrombolytiques pourrait avoir de très larges applications pour la prise en charge des patients atteints d’AVC ischémiques ou d’infarctus du myocarde », ajoutent les auteurs. Ils souhaitent lancer dès que possible un essai clinique. Toutefois, ils devront démontrer que leur traitement agit très rapidement : en cas d’AVC, il faut détruire le caillot au plus vite afin de rétablir le flux sanguin et éviter des dommages irréversibles.

Nombre de clicks: 22

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *