Un exosquelette pour venir à bout du mal de dos

     

    Atlas, Japet Medical

    Deux jeunes entrepreneurs français ont développé un exosquelette pour lutter contre les lombalgies chroniques. Ils sont sélectionnés parmi les 10 innovateurs français 2017 de moins de 35 ans le jeudi 8 juin 2017 par le MIT Technology Review.

    Une colonne raide et un dos peu musclé entraînent des lombalgies, empêchant elles-mêmes celui qui en souffre d’effectuer les mouvements nécessaires à l’étirement et à la musculation. Deux jeunes entrepreneurs français ont peut-être trouvé une solution à ce cercle vicieux – une autre que celle qui consiste à avaler des quantités astronomiques d’antalgiques. Comment ? Avec un exosquelette, dénommé Atlas, qui permet de ré-entraîner les muscles et d’étirer la colonne vertébrale, le tout sans douleur. Une alternative pour le moins originale, qui leur vaut une place parmi les innovateurs français de l’Année 2017 de moins de 35 ans, sélectionnés par le MIT Technology Review le jeudi 8 juin 2017

    Le futur de la rééducation ?

    C’est l’histoire d’une rencontre entre deux jeunes diplômés : l’un, Damien Bratic, qui a travaillé dans la neurostimulation du mal de dos, et l’autre, Antoine Noël, dans les exosquelettes. Et ce dernier y croit dur comme fer : « Atlas est le futur de la rééducation de la lombalgie« , a-t-il déclaré au grand rendez-vous de l’innovation (CES) 2017, à Las Vegas (voir vidéo ci-dessous).

    La start-up (Japet Medical) a d’ailleurs déjà remporté plusieurs prix et a été incubée dans un accélérateur géant américain en Chine de septembre à décembre 2016. Les forces spéciales de l’Armée américaine les ont même contacté pour équiper les soldats au quotidien et faciliter le port des charges lourdes.

    Aujourd’hui, le duo d’inventeurs est rentré au CHRU de Lille qui les accueille et finance leurs essais cliniques. Grâce à deux médecins, le Dr Fahed Zairi, neurochirurgien, et le Dr Vincent Tiffreau, médecin rééducateur, qui ont été d’emblée convaincus par le projet. Les protocoles des études sont à ce jour encore en phase de validation par les autorités de santé, mais la société espère qu’elles commenceront avant fin 2017. Leur but : récolter des données cliniques prouvant l’efficacité de leur appareil et obtenir un marquage CE comme dispositif médical d’ici début 2018. Pour l’heure, selon les fondateurs de Japet, les retours des patients sont très positifs et ils se disent soulagés par l’exosquelette.

    Un effet de décompression

    L’appareil s’adresse pour le moment aux centres de rééducation afin de prendre en charge les personnes souffrant de lombalgies chroniques de type discopathiques, avec des douleurs depuis plus de 3 mois. Concrètement, deux ceintures, l’une qui prend appui sur le bassin (plus précisément les crêtes iliaques) et l’autre au milieu du buste, sont reliées entre elles par deux paires de micro-moteurs.

    Une batterie de capteurs analyse le mouvement effectué et les moteurs génèrent alors un effet de décompression au bon endroit et au bon moment pour que le mouvement ne soit pas douloureux. Le pack de 3 tailles est à 15.000 euros, ce qui, « sur le marché des exosquelettes actuel, est correct« , précise Damien Bratic. Ajoutant que « même si sa croissance est importante, le marché des exosquelettes tarde tout de même à se développer en raison des coûts exorbitants qu’ils représentent« . Et Antoine Noël de renchérir : « Pour la rééducation des lombalgies, nous sommes actuellement les seuls à proposer un exosquelette dans le monde entier« . Même s’il précise qu’à Columbia (Etats-Unis), un corset similaire est en développement pour la prise en charge des scolioses. Des projets à suivre de près.

Nombre de clicks: 62

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *