Un nouveau dispositif pour diagnostiquer la grippe en 20 minutes

    Test de diagnostic de la grippe

    Une machine permettant de diagnostiquer la grippe en 20 minutes a permis aux patients du CHU de Grenoble de passer 1 heure de moins à l’hôpital en moyenne, et d’augmenter la prescription d’antiviraux de 22%.

    Diagnostiquer la grippe en 20 minutes au lieu de plus de 3 heures, c’est maintenant possible, d’après le CHU de Grenoble. Le service des Urgences Adultes du CHU Grenoble-Alpes a ainsi pu désengorger le laboratoire hospitalier normalement sollicité, lors d’une phase pilote de 11 jours pendant l’hiver 2017-2018, en pleine phase épidémique. Un progrès important lorsqu’on sait que la grippe a fait 13.000 morts en France lors de l’hiver 2017-2018.

    Un dispositif permettant de détecter même une petite quantité du virus de la grippe

    Ce fameux dispositif de diagnostic, appelé « Cobas Liat », a été développé par le laboratoire Roche Diagnostics. Il s’appuie sur la technologie de la PCR, c’est-à-dire l’amplification en chaîne par la polymérase, l’enzyme chargée de synthétiser le matériel génétique (ADN ou ARN) dans le corps humain. La PCR permet donc d’amplifier le matériel génétique d’un agent infectieux en le copiant des milliers de fois afin de le rendre détectable. À ce jour, le « Cobas Liat » peut détecter la grippe A, la grippe B et le VRS (Virus respiratoire syncytial, cause la plus fréquente d’infections respiratoires des jeunes enfants). Bien détecter les infections virales est également essentiel dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance, car pouvoir confirmer que l’infection n’est pas d’origine bactérienne permet de limiter la prescription d’antibiotiques.

    Le dispositif »Cobas Liat ». Crédits : Roche Diagnostic / Cobas Liat / CHU Grenoble

    1 heures de moins à l’hôpital et +22% de prescription d’antiviraux

    Au bout de 11 jours, les résultats sont sans équivoque : les 200 patients testés restaient en moyenne 1 heure de moins que prévu à l’hôpital ! « Le temps que le patient fasse son entrée administrative et qu’il entre dans le box d’examen, j’ai déjà les résultats des tests, et je sais s’il a la grippe ou pas ! », raconte le Dr Maxime Maignan, urgentiste au CHU de Grenoble, dans un communiqué. De plus, les analyses de biologie médicale étaient réduites de 9%, et la prescription d’antiviraux, signes que l’on a identifié une origine virale à la grippe, était en augmentation de 22%. La simplicité d’usage a aussi été validée, puisque 40% des tests ont été réalisés durant les gardes de nuit et du week-end, périodes pendant lesquelles les infirmières étaient seules face au dispositif.

    Ce système permet aux professionnels de santé d’effectuer des tests moléculaires beaucoup plus rapidement et simplement qu’en ayant recours au laboratoire hospitalier. Une rapidité importante dans un centre comme celui de Grenoble, qui compte 150 à 160 entrées de patients par jour, et jusqu’à 210 en période de grippe, d’après le Dr Maxime Maignan. Un surnombre qui sature l’équipe de l’hôpital, dont les effectifs sont fixes. « C’est une des problématiques au laboratoire d’arriver à rendre les analyses dans des délais importants pour la prise en charge du patient« , explique le Dr Sylvie Larrat, virologue au CHU de Grenoble, dans le communiqué. La biologie médicale conditionne 60 à 70% des décisions médicales, et ces analyses rapides permettent notamment de pouvoir pré-orienter un patient, évitant bien souvent une hospitalisation inutile.

     

    Pendant l’hiver 2018-2019, le CHU Grenoble-Alpes utilisera 3 de ces dispositifs durant toute la période d’épidémie de grippe : 2 aux urgences adultes et 1 aux urgences enfants, d’après la filiale française de Roche Diagnostics. Pour ces 3 machines et les consommables associés, le CHU a déboursé 50.000 euros. Une étude américaine, en partie financée par le laboratoire Roche, a en effet conclu à une économie moyenne de 200 dollars par patient grâce à des diagnostics plus justes et plus rapides. Cette étude n’a cependant pas encore été reproduite en France ou en Europe. En attendant, Roche Diagnostics est actuellement en pourparler avec d’autres établissements pour la mise en place de l’automate.

Nombre de clicks: 25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *